L’Éveil de Mae Chee Kaew

 

À l’aube du 1er novembre 1952, Mae Chee Kaew a senti que son corps était fatigué. Avec une conscience parfaitement attentive, elle marchait pieds nus sur son chemin de méditation depuis des heures. Elle décida de se reposer un moment avant de se rendre à la cuisine pour préparer de la nourriture pour les moines.

Les premiers rayons limpides de l’aube commençaient à illuminer le feuillage le plus élevé du phayome, baignant ses fleurs jaunes dans la douce lueur du réveil imminent. Elle marcha lentement vers la plate-forme en bambou sous l’arbre et s’assit parfaitement immobile pendant un long moment, un moment de calme profond et immobile.

Un calme prolongé s’ensuivit où rien n’avançait ni ne reculait ou restait immobile. Puis, consciente mais ne connaissant rien en particulier, suspendue dans le vide, le rayonnement cristallin de l’esprit qu’elle avait si longtemps chéri fut soudainement transformé et dissous — révélant une présence pure et omnisciente qui remplissait le cœur et imprégnait tout l’univers.

Le Connaisseur était partout, mais rien n’était connu. Sans caractéristiques et sans source, émanant d’aucun point en particulier, la connaissance était simplement un événement spontané de l’étendue cosmique. La conscience rayonnante s’était dissoute en un instant, ne laissant que la pureté d’esprit et la liberté essentielle du Dhamma pur – une connaissance absolument inconditionnée qui transcendait entièrement toutes les formes humaines de conception.

Extrait de l’ouvrage qui lui est consacré