Enseignements de Swami Ramdas :

 

« Pour contrôler le mental, la méthode la meilleure et la plus facile est de répéter constamment le Nom de Dieu. La concentration est atteinte en fixant l’attention sur le son du Nom. Quand le mental est concentré, il faut alors méditer sur les glorieux attributs de Dieu. La pratique constante de l’énonciation du Nom et de la méditation met un terme à l’agitation du mental et le fait fondre dans le Moi bienheureux, éternel et universel. Le souvenir de Dieu n’est possible que si vous avez un intense désir de Le réaliser. Ce désir intense s’appelle bhakti. Il doit s’emparer de votre esprit à un point tel que vous ressentiez une sensation de souffrance aigüe quand vous oubliez Dieu pour des désirs égoïstes. Vos actions devront également contribuer à purifier votre mental, c’est-à-dire être faites dans un esprit de renoncement. La pureté du mental signifie libération du désir, de la colère et de la convoitise ; car seul un esprit pur peut voir Dieu. La concentration elle-même est pureté. »

 

« Par la répétition du Nom Divin, ton esprit n’est pas seulement débarrassé de toutes ses pensées et désirs impurs, il est aussi élevé vers l’état de conscience le plus haut où tu réalises ton union et ton unité avec Dieu. () Mais il y a une manière de le répéter — il faut le prononcer avec une foi et un amour sans mélange ; alors seulement tu sentiras que le Nom du Seigneur est très, très doux. Pour certains, la difficulté consiste dans l’impossibilité de répéter continuellement le Nom, même s’ils le désirent. Cela veut dire que leur amour pour le Nom n’est pas plus grand que celui qu’ils portent aux objets périssables de ce monde. C’est une vérité psychologique que notre esprit pense le plus à l’objet qu’il aime le plus, et que notre désir exacerbé pousse inévitablement notre mental vers cet objet. De même, si notre esprit est enflammé par l’amour intense du Nom, cet amour nous permettra de nous rappeler constamment le Nom. Lorsque cet amour est tiède et instable, notre souvenir du Nom reste instable et discontinu. »

 

« Pour atteindre au but suprême, l’aspirant doit concentrer toutes les facultés de son cœur et de son esprit, tous les pouvoirs de ses sens et de son corps, pour abattre les murs de l’ignorance qui l’empêchent d’atteindre la vision de sa nature véritable, éternelle et divine. La vie doit être entièrement consacrée à ce but sublime. Une dévotion tiède, une discipline à éclipses et une méditation intermittente ne peuvent permettre à l’âme qui cherche de capter et de posséder la Vérité. La réalisation de Dieu n’est pas une voie facile. Seuls une foi inébranlable, une ferme détermination et un effort résolu permettront à l’aspirant de progresser et de devenir capable de voir Dieu face à face. Aucun sacrifice ne doit être estimé trop grand pour atteindre ce but suprême. Par conséquent, il est vrai de dire que seuls les héros sont capables de suivre ce sentier, que seuls les aspirants à l’esprit intrépide peuvent entreprendre cette aventure. »

 

« La persévérance et un effort soutenu, telles sont les qualités de celui qui aspire à la Vérité. La lassitude, la paresse et l’insouciance sont les ennemis du progrès spirituel. L’effort, la conscience et l’attention sont les véritables qualités d’un aspirant. Il est vrai que l’ego doit être soumis avant que l’illumination ne puisse venir. Et ce n’est pas une chose facile que d’abattre l’ego. Une tentative trop tiède ni des explosions émotives ne peuvent l’effacer. L’abandon de soi n’est pas aussi facile que beaucoup le pensent. »

 

Source : Carnets de Pélerinage